Dans le monde

 

Résonance Zanrcin

Cette association est née après un voyage en novembre 2007 de 5 amies françaises et suisses dans le village de Zanrcin au Burkina Faso. Touchées par le courage des femmes et des hommes du village qui s’étaient organisés en association (Neeb la Taaba soit l’Union fait la force en langue Mossi) pour prendre leur destin en main, ces amies ont décidé de constituer une association en France RESONANCE ZANRCIN, pour venir en soutien à l’association Neeb la Taaba, à Zanrcin.
Neeb la Taaba et Résonance Zanrcin, deux associations, l'une au Burkina Faso l'autre en France.
L'une composée de villageois qui ont décidé de prendre leur destin en mains, l'autre composée d'amis de France et de Suisse qui veulent essayer de les aider, les aider à vivre dans l'optique de les aider à acquérir leur autonomie avec des projets générateurs de revenus construits pour être pérennes. Les enfants sont les premiers bénéficiaires de cette amélioration du niveau de vie. Une école a récemment été construite dans ce village qui n’en avait pas.

 

 En Savoir plus

 

ICI & AILLEURS

 

Le projet « The Garage School » a été créé par Mme Shabina Mustafa en 1999. Elle a d’abord ouvert une école dans son garage pour y accueillir une trentaine d’enfants de familles démunies.
Face au succès de sa démarche, elle a loué des locaux pour accueillir 200 élèves. Les cours du matin sont pour les jeunes et dans l’après-midi, la possibilité est donnée aux adultes (majoritairement des femmes) d’apprendre à lire et à écrire. Cette école offre l’accès à des filles et des jeunes femmes ainsi qu’à des enfants des rues et des adultes illettrés d’avoir accès aux soins et à l’enseignement.

En Savoir plus


Népal, Enfance et Lumière (NEL)

Népal, Enfance et Lumière, association créée en 1993, a pour but de prendre complètement en charge des fillettes de familles démunies afin de leur permettre de suivre une bonne scolarité à Katmandou, pour les plus grandes en internat et pour les plus petites en logeant dans un home appartenant à NEL en suivant leur scolarité en externat.
Les enfants sont choisis en collaboration avec des travailleurs sociaux népalais. Les fillettes proviennent principalement  du bidonville, de certaines fabriques de tapis où elles travaillent plus de douze heures par  jour ou de la prison où les enfants  sont incarcérés avec leurs parents s'il n'y a aucune famille pour les accueillir.
En 2017, une soixantaine d'enfants et d'adolescentes sont scolarisés (ou étudient à l'université) grâce à NEL.
Soucy, première fillette aidée par NEL, assure bénévolement le  contact  sur place et travaille comme responsable de l'orphelinat d'une ONG française. En 2006, les frais ont représenté moins de 4% des dons et parrainages.

En savoir plus